«

»

Déc 02 2018

Jacques Guitou avait accepté de mourir en Algérie

16/03/12 – Jacques Guitou est sergent lorsque en 1956, le 18e RIP commandé par le Général Paul Ducourneau d’Artiguelouve, débarque à Ichmoul en Algérie, au moment où un couple d’instituteur est assassiné avec leur bébé.

Jacques Guitou est un militaire engagé.

– « On avait accepté de mourir, on s’est retrouvé dans des situations difficiles, avec des morts et des blessés. Mais je ne veux pas raconter dans le détail. C’est guerrier. »

Après 18 mois passés en Algérie, Jacques Guitou rentre en France. Car les titulaires du baccalauréat ont la possibilité d’intégrer une école de formation militaire pour devenir officier. Il devient sous-lieutenant en sortant dans les premiers de sa promotion. Il repart en Algérie avec le 3e RPIMA commandé par le général Marcel Bigeard, avec lequel il restera 17 mois supplémentaires, aux alentours de Sidi-Ferruch près d’Alger.

Six ans de guerre d’Algérie en tout, pour le « jeune homme » d’Aubertin qui fêtera ses 79 ans bientôt. Autour de ses timbres qu’il collectionne avec une grande passion, le philatéliste ressort ses médailles : la Croix de Combattant Volontaire, la Médaille Commémorative d’Algérie, le Mérite Militaire et… la Légion d’Honneur. A tout cela, s’ajoutent trois citations.