«

»

Oct 08 2019

Eboulements en série à Aubertin

21/11/13 – Au moment où le chemin de la Juscle menace de s’effondrer une énième fois en bordure du Jusclet, il nous revient en mémoire les démêlés que le conseil municipal d’Aubertin a pu avoir avec l’administration dans les années 30.

Le chemin dénommé VO1, aujourd’hui route des Pyrénées, s’est effondré à plusieurs reprises de 1929 à 1940 au niveau du Castillet, avant qu’il ne soit refait en amont. Ce chemin, seul accès au centre du village, est resté impraticable plus d’une année de 1929 à 1930, provocant la colère du maire Pierre Labayrade, de son conseil municipal et d’une cinquantaine de riverains pétitionnaires qui menaçaient de ne plus payer les impôts si cette route n’est pas redressée.

Début juin 1930 – « … Nous nous demandons avec angoisse comment nous allons exploiter nos prés en bordure du chemin. C’est un désastre pour plusieurs d’entre nous. Déjà nos vignobles et nos champs ont souffert énormément car nous n’avons pu y transporter le fumier et les engrais pourtant si nécessaires.

Nos enfants restent à la maison. Certains depuis six mois, manquent l’école. Quelle tristesse !

Tous les commerçants, les boulangers en particulier, éprouvent des difficultés inouïes pour assurer le ravitaillement de la population. Ils se lassent. Sans pain comment vivre ?

C’est pour toutes ces raisons que nous comptons sur votre grande autorité Monsieur le Préfet, pour qu’au 1er juillet, le chemin soit complètement remis en état. 

Dans le cas contraire, nous serons obligés, vu nos faibles ressources, à refuser le paiement des impôts. Et cela malgré toute notre bonne volonté… »

Et le maire termine sa lettre en demandant au préfet, des indemnités pour les pertes subies du fait de n’avoir pu cultiver les terres.

JPEG - 129.7 ko
JPEG - 116.3 ko
JPEG - 104.5 ko

Miracle ! 17 jours plus tard, les travaux battent leur plein.

JPEG - 80.3 ko

Un an plus tard, le 7 juin 1931 : Rebelote !

JPEG - 101.4 ko

Et en 1940, toujours en juin, on recommence. Mais l’histoire ne nous dit pas si à cette période, les budgets furent affectés à d’autres priorités.

JPEG - 126.2 ko