«

»

Oct 08 2019

La découverte du gaz d’Aubertin par la SNPA

04/05/11 – Après la découverte du gisement de Lacq le 19 décembre 1951, la SNPA met la machine à trouver du gaz en marche. Aprés Meillon en 1965 et Saint-Faust en 1966, vient le tour d’Aubertin cette même année.

Ces recherches avec des véhicules lourds occasionnent des dégats sur la voirie communale, mais qu’à celà ne tienne ; la SNPA indemnise…

Voici quelques extraits du registre des délibérations du conseil municipal d’Aubertin de 1965 à 1969.

Historique du gisement de Lacq – exploitation du pétrole et du gaz

1. Le pétrole
• 10 novembre 1941 : Fondation à Paris au siège de la Compagnie française des Pétroles de la Société Nationale des Pétroles d’Aquitaine (SNPA)
• Fin 1949 : Découverte d’un gisement de pétrole à faible profondeur (-600 m) par la Société Nationale des Pétroles d’Aquitaine.
• 1954 : Début de l’exploitation du gisement : 300 000 tonnes sont produites annuellement, acheminées par voie ferrée jusqu’à la raffinerie de Pauillac.

2. Le gaz
• Poursuite des opérations de forage.

• Le 19 décembre 1951, une violente éruption de gaz se déclenche sur un forage à 3 555 m de profondeur. Ce gaz à très forte pression (660 bars) et à température élevée (142°C), contient 15% d’hydrogène sulfuré (H2S) et près de 10% de gaz carbonique (CO2). Il entraîne la fragilisation des tubes d’acier qui l’acheminent par « corrosion fissurante ». Les sidérurgistes français doivent donc mettre au point des aciers suffisamment résistants pour exploiter ce gaz. Après les premières réalisations en 1955, la mise en production put commencer en 1957 (l’usine traitement avait été mise en route en 1955).
• 1965 : Découverte du gisement de Meillon.

• 1966 : Découverte du gisement de Saint Faust et Aubertin. Cela porte les réserves récupérables à plus de 60 milliards de m3.

• Toutes ces productions (y compris celles de petits gisements découverts par la suite) sont acheminées vers l’usine de Lacq dont la capacité atteint 33 millions de m3 par jour à la fin des années 60. Ce rythme se maintient jusqu’en 1982 puis diminue graduellement jusqu’à 8 à 9 millions de m3 de gaz brut traités chaque jour à présent.
• 1976 : La Société Nationale des Pétroles d’Aquitaine devient la Société Nationale Elf Aquitaine par sa fusion avec Elf. À Lacq on parle désormais de la Société Nationale Elf Aquitaine Production (SNEAP).
• 1er mai 1996 : Création de Elf Aquitaine Exploration Production France (EAEPF), filiale à 100% du groupe Total Fina Elf. Elle opère l’exploration et la production en France y compris à Lacq.