«

»

Oct 08 2019

Le cahier d’un curé de campagne

C’est un très vieux cahier daté de 1871 que nous avons retrouvé aux archives départementales. Le curé du village d’Aubertin y notait des recettes de cuisine, des formules d’apothicaire, et surtout des idées pour ses sermons du dimanche. Voici quelques morceaux choisis.

  • 01/10 - "Premier dimanche de l'année 1872 " ... à propos des Vêpres, je ne puis me défendre de vous témoigner mon étonnement d'y voir si peu de monde chaque dimanche, principalement du coté des hommes et des jeunes gens. Où sont-ils donc et que font-ils ? Quelles peuvent être vos raisons pour ne pas assister aux Vêpres. Je l'ignore. Ce n'est pas le travail, car à part le travail que réclame les besoins ordinaires de la vie, à part le travail qu'exigent les besoins de vos bestiaux, vous n'ignorez pas qu'il n'est pas plus permis de travailler le dimanche, hormis le cas d'une grave nécessité, il n'est pas plus permis de travailler qu'il n'est permis de manquer aux offices de sa paroisse. Ce n'est donc pas le travail qu'est pour vous une raison de manquer aux Vêpres. Ce n'est pas le Cabaret non plus, du moins je ne le pense pas ? Car, vous n'ignorez pas non plus qu'en vertu des lois diocésaines, rester pour manger ou boire pendant les offices du dimanche, soit messe, soit vêpres est un cas réservé. Pour ne rien avancer sans preuve, permettez-moi de vous donner lecture de cette loi. Ce serait triste et très peu honorable pour Aubertin, qu'après avoir tant travaillé pour avoir un prêtre, un curé au milieu de ses habitants, le curé, le prêtre ne soit obligé de célébrer les offices divins dans une église presque déserte... "