«

»

Oct 08 2019

Le conseil de révision d’Aubertin en 1929

01/08/10 – Après le recensement fait par la Mairie d’Aubertin, tous les jeunes de 18 ans, étaient convoqués pour aller passer le Conseil de Révision à l’Hôtel de Ville de Lasseube. Les jeunes recevaient l’ordre de se dévêtir complètement, ce qui pour certains, plus pudiques, était un peu gênant. Ils étaient ensuite alignés, complètement nus, devant un jury fait pour la majorité de médecins militaires.

Le conseil de révision d’Aubertin de 1929. Dans la belle décapotable conduite par le forgeron François Lacoste, Auguste Malère est à ses côtés, debout, au fond c’est Lucien Cambeig. Derrière, au milieu, avec un billet sur le béret c’est Jean Loustalot-Héroulet avec Emile Labesque à sa gauche.

« Nous étions jeunes ! Nous étions mesurés, pesés. Plusieurs médecins nous examinaient de fond en comble. Nous étions auscultés complètement. Les médecins nous tâtaient aussi pour voir si nous n’avions pas une hernie. Notre bouche, nos dents étaient examinées ainsi que nos cheveux, notre tête, nos membres, etc… Les médecins examinateurs disaient à haute voix ce qu’ils constataient pour permettre aux autres médecins assis devant une table sur une estrade, d’écrire sur le dossier de chacun ce que leurs collègues examinateurs annonçaient. Le dossier complété d’un point de vue médical et avec les autres éléments dont le niveau d’instruction, ferait décider, plus tard, l’Administration Militaire de notre incorporation, c’est à dire de notre appel sous les drapeaux et de notre affectation. A l’issue de l’examen, les membres du jury discutaient et selon, nous étions déclarés « Bon, Service armé », « Service auxiliaire » ou « Réformé ». La plupart d’entre nous furent déclarés « Bon Service Armé ». Nous étions alors très fiers d’épingler sur le revers droit de notre veston, de l’autre côté de la cocarde, la broche en métal portant l’inscription « Bon Service Armé ». Le jour du Conseil était jour de fête. »